Publié dans Grossesse

Enceinte, faut-il tout savoir de la grossesse ?

Partout où je passe sur le net, je vois une ambiguïté. Il y en a qui se demandent pourquoi on ne leur a pas dit ça et ça avant, et puis d’autres qui, au contraire, auraient préféré découvrir et à qui on a imposé des images, souvent sans explications, faisant naître la confusion. Finalement, y’a t-il vraiment quelque chose de préférable ?

Avant Internet, les recherches, etc.

Avant Internet, on devait se fier à ce qu’on entendait de nos proches et à ce qu’on voyait dans les bouquins qu’on trouvait. Je dis bien qu’on trouvait parce que, au delà des articles publiés en ligne sur le sujet, Internet nous permet désormais d’échanger nos coups de cœur de lectures etc et élargit largement le champs des possibles. On ne rappellera jamais assez, évidemment, qu’Internet ne saurait remplacer le corps médical (genre si vous saignez à quelque moment de la grossesse que ce soit, ne perdez pas votre temps à poster un message sur Doctissimo, urgences c’est tout, même si c’est rien…), mais quand il s’agit de savoir comment fonctionnent certaines choses par curiosité ou pour se préparer psychologiquement à toutes situations, il faudrait avoir 1h par semaine en tête à tête avec son praticien pour comprendre quelque chose et encore…Mais franchement de nos jours, si vous voulez vraiment savoir, vous pouvez presque tout savoir, or cas vraiment très particuliers. C’est la jungle parmi les infos, je le reconnais, mais les principaux thèmes sont quand même largement abordés sur le net, le plus dur est finalement ensuite d’adapter les infos avec nos particularités personnelles.

C’est un peu le pendant blog du sketch de Florence Foresti où elle dit que les femmes ne disent rien pour que les autres continuent à faire des bébés. Même si il y a du vrai ce n’est évidemment pas le cas à notre époque, surtout que dans ce cas si c’était l’horreur ultime je pense qu’on s’arrêterait toutes à un enfant ;), là encore question de situations et de ressenti. Puis les films, séries et la culture ne facilitent parfois pas la tâche. Parce que si on regarde la plupart des films, déjà TOUTES les nanas perdent les eaux spontanément et ont direct des contractions après, TOUTES accouchent en 2/3h, TOUTES hurlent en poussant, bref c’est assez linéaire. C’est bien pour ça que pour fiston, vu que j’avais perdu les eaux, le chéri avait annoncé à ses parents que ça allait se faire dans l’aprèm et que 24h plus tard ils étaient forcément hyper inquiets. Ou encore pour ça qu’on est parfois choqués que notre bébé ne fasse pas que dormir et manger comme nous le disait Tata Marcelle.

Appelez moi Docteur Grossesse

De ce constat, la plupart d’entre nous se contentent de poser des questions sur ce qui les inquiète, sur les symptômes qu’elles ont, les rumeurs qu’elles ont entendu, et c’est bien légitime.

Sauf que de mon côté avec mon petit neurone obsessionnel, je me suis transformée en machine à répondre, très probablement pour me rassurer au fond, une sensation (fausse) de contrôle sur une période qui échappe justement à tout contrôle. Il n’y a aucune vanité dans mes propos, de supériorité ou quoi que ce soit car c’est juste ma manière de fonctionner sur le sujet. J’ai tout lu, du moins tout ce que je pouvais, et ce dès ma première grossesse. Le Pernoud (ma Bible) en tête, j’ai lu tout ce que je pouvais trouver sur comment la grossesse se forme, sur ce qu’il se passe à tel ou tel moment, les complications qui peuvent arriver, comment régler les problèmes, et SURTOUT, quelles sont les différentes réactions qui arrivent. Et ça c’est en surfant, en discutant avec d’autres femmes enceintes, en écoutant les médecins, en regardant les vidéos, qu’on se forge un panel de réponses. Je songe du coup même à développer une activité pro en lien avec ce sujet (au niveau des émotions, tout ça…), c’est dire.

De ce fait depuis un moment, quand j’ai des copines enceintes, j’ai un peu l’impression d’être docteur, je suis la référence et j’en suis parfois flippé moi-même dans le sens où je me demande comment j’ai bien pu engranger autant de connaissances sur les moindres détails. Tout simplement parce que ça m’intéresse. Il y a peu, une de mes amies, enceinte, qui a déjà deux enfants pourtant, est venue me demander conseil pour des sujets que ses gynéco successifs n’ont jamais abordé avec elle. Certes l’expérience est la meilleure des mémoires, mais comme chaque grossesse est différente on peut très bien avoir fait 7 enfants sans avoir vécu l’épisiotomie, la césarienne, certains maux de grossesse, etc…

Toutes différentes

Revenons-en du coup à nos moutons. Tout savoir comme je le fais, je le reconnais, peut-être anxiogène, d’autant plus que je ne suis pas médecin et que même si je reconnais certains symptômes je ne suis jamais sûre donc ça me fait cogiter (encore ce matin entre les contractions régulières et le mollet qui me faisait mal…). C’est pour ça que je dis TOUJOURS à celles qui me demandent conseil que ce que je leur dis est juste mon propre avis et que pour être sûre il faut consulter, Internet et les avis des autres ne peuvent être QUE des indicateurs.

Mais mon principal conseil que je vous mets à toutes les sauces c’est surtout que nous sommes toutes différentes, que nos enfants le sont tous aussi, chaque situation également. Ce n’est pas parce que votre copine (qui pourtant a le même âge, la même taille, le même poids et le même sac à main) a vécu sa grossesse ou son accouchement comme ça que le vôtre sera pareil. ça paraît évident mais je vois bien au quotidien que ce n’est pas ancré, j’entends régulièrement des femmes qui pensent que l’histoire se répète sans fin. L’avantage d’en connaître un rayon parfois, c’est surtout de comprendre qu’on est pas seul et que ce qu’on vit est dans 90% des cas fréquent et normal.

On le répété souvent d’ailleurs que « chaque grossesse est différente ». Oui et non. En fait cette phrase est déjà trop réductrice. Des femmes qui ont vécu plusieurs grossesses quasi identiques, il y en a. Puis il y en a qui vivent l’opposé, puis d’autres qui ont juste un truc qui change, il n’y a aucune règle. Toute phrase qui enferme est un leurre.

Faites et ressentez ce que vous voulez

Le message ici, c’est surtout de faire comme vous le sentez. Si vous voulez tout savoir, vous renseigner sur tout, allez-y. Si vous voulez ne savoir que le minimum, faites les rendez-vous obligatoires et basta. Pour le ressenti c’est pareil, si juste quelques petites nausées vous rendent hyper mal n’écoutez pas celles qui disent « oui mais moi j’ai vomis pendant 9 mois » pour vous faire taire. La grossesse ce n’est pas un concours de coucougnettes, c’est une période chargée émotionnellement et physiquement alors vous avez le droit de ressentir ce que vous voulez. Et si des nanas comme moi veulent vous raconter leur épisiotomie alors que vous ne voulez pas savoir, dites-le aussi. Vous avez le droit d’être bien, d’être mal, de ne rien ressentir, de tout ressentir.

Je suis consciente que cet article part dans tous les sens, mais ce que je voulais faire passer comme message, c’est que si certaines comme moi adorent tout savoir, ce n’est pas le cas de toutes et il faut le respecter, c’est ça aussi qui est bien sur les blogs, on peut rechercher juste ce qui nous intéresse et hop on ferme les yeux sur le reste. Et ça vaux aussi pour plus tard sur les différents modes d’éducation ;). A bon entendeur…

Maman en Chantier

8 commentaires sur « Enceinte, faut-il tout savoir de la grossesse ? »

  1. Moi je serais plutôt du genre à pas vouloir tout savoir : se renseigner ça prend du temps et souvent, le ratio perte de temps/glanage d’infos utiles est plutôt médiocre. Et en général, plus j’en sais, plus je stresse. Bien sûr si une grossesse est difficile c’est normal de vouloir presque tout savoir. Mais sinon, à par faire psychoter, je vois pas. Une grossesse est imprévisible du début à la fin, voilà ce que je sais (sorry pour le pessimisme hein). Mais je respecte tout à fait les femmes qui cherchent à en savoir le maximum. Une grossesse c’est privé, archi-privé, chacune fait comme elle veut et comme elle peut.

    Aimé par 1 personne

    1. Je comprends tout à fait ta position et en effet on peut se retrouver avec des infos médiocres facilement. Perso au contraite je n’ai jamais vraiment psychoté, c’était plutôt par intérêt comme si j’avais pris des cours d’histoire ou de géo. Si tout, dans ma tête, avait été rapporté à mon cas ça aurait pu etre angoissant je te l’accorde il faut faire la part des choses dans ces cas là.

      Aimé par 1 personne

    1. C’est ça en fait ça peut être mis sur plein de sujets et au final je me rends compte que je suis pareille concernant beaucoup de choses, j’ai besoin de savoir les choses pour mieux les appréhender même si elles sont un peu dures ou angoissantes.

      Aimé par 1 personne

Répondre à elisamarnet Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s