Publié dans Grossesse

La dernière grossesse quand on adore être enceinte…

Je sais jamais où mettre mes mains pour qu’on voit le bidon 😛

Vous en entendrez beaucoup parler ici, cette grossesse sera la dernière. Je le savais déjà lors de ma première grossesse et bien entendu lorsque nous avons lancé l’idée du deuxième je savais que chaque événement marquant serait probablement le dernier. Et que ce ne serait pas forcément facile à accepter.

Pourquoi ?

Pour quelqu’un comme moi qui déjà s’était promis de ne jamais avoir d’enfants, l’envie de ma première grossesse a déjà été quelque chose de dingue. Seulement, dès cet envie de premier enfant, j’ai su que je ne voulais pas en avoir qu’un. Je suis pourtant fille unique, je ne l’ai pas mal vécu (difficile de manquer de quelque chose quand on ne l’a jamais connu) surtout que je suis assez solitaire dans l’âme. Mais voilà dans l’idéal je voulais connaître une fratrie, et la grossesse que j’ai vécue a renforcé cette idée, le caractère hyper sociable de fiston aussi.

Seulement, le fait de vouloir un enfant est une chose personnelle qui était partagée par le chéri. Pour le deuxième, même si il voulait prendre du temps, c’était déjà un accord de principe. Pour la suite, il n’y a pas de porte ouverte, de « peut-être », de « et si ». Même avec le gros lot à l’Euromillions, une baraque énorme, des nounous partout, c’est niet pour lui. Et je n’irai pas contre, chacun doit écouter l’autre, on se plaint assez que les hommes nous imposent certaines choses alors l’inverse no way, surtout que le chéri est un papa hyper présent et impliqué donc il a légitimement son mot à dire. Deux enfants c’est mon idée de base, et même si je pense que j’aurais pu aller jusqu’au troisième, la vie m’a déjà offert tellement que je ne compte pas me plaindre.

Le deuil de la grossesse

Nous sommes toutes différentes, certaines voient la grossesse comme un mauvais moment à passer, d’autres y sont un peu indifférentes, un passage obligé. Pour ma part je ne m’y attendais pas mais ces deux grossesses illustrent les plus beaux mois de ma vie pour le moment. Je ne suis pas en mode bisounours H24, mais intérieurement comme extérieurement, il s’agit à chaque fois d’une trêve avec moi même, d’un apaisement total. Je ne saurais pas trop comment l’expliquer, le fait de ne pas être seule dans mon corps, d’avoir la responsabilité si proche d’un être, ça doit être ça… Moi si peu sérieuse habituellement sur pas mal de choses, je deviens une autre. Les désagréments, les rendez-vous médicaux, tout ça au final je m’en balance, j’en suis même contente (sauf quand je tombe sur des cons :P). Pendant 9 mois je profite, j’ose envoyer bouler ceux qui le méritent, je me sens plus forte. Je pourrais presque dire que je suis faite pour ça. Un truc que je remarque aussi c’est que pour moi dont le cerveau est sans cesse en ébullition pour de la merde, pendant ce temps les questions cessent un peu. Alors que c’est là que je pourrais être le plus dans l’interrogation, c’est le contraire, comme si c’était la seule chose évidente.

Récemment une amie me demandait comment ça se passait, on parlait des 9 mois et elle me disait « t’inquiète dans 4 mois c’est fini ». Mais j’ai pas envie moi que ça se finisse, je m’inquiète pas, ça me dépasse que dans 4 mois ce soit déjà fini, j’ai l’impression que ça a commencé hier soir. Pour fiston c’était pareil, on me disait sans cesse bientôt la fin, le dernier mois c’est dur, mais non c’était pas dur, je serais bien repartie pour 3 mois de plus (attention je dis pas que ça sera pareil cette fois on verra bien :p). J’aurais dû être un de ces animaux avec une gestation longue je crois ah ah. Je songe même à des projets pro en lien avec ce thème, mais on verra plus tard.

Enceinte de fiston à 8 mois

Ce dernier nouveau-né

Puis y’a l’accouchement. Là encore même si je sais que ce ne sera pas pareil (et même si j’ai hurlé au chéri que j’allais crever pendant les contractions – et que je croyais vraiment que j’allais crever), c’est quelque chose que j’ai envie de revivre, qui m’a tellement marqué que ne me voyais pas le vivre une seule fois. Je ne sais pas si mon envie de deuxième aurait été si forte avec un accouchement difficile ?! Mystère.

Puis les premiers mois, même si les nuits me font flipper, il y a tellement de belles choses à voir, le regarder évoluer, puis là ce sera aussi de voir l’interaction entre les deux. Oui sur le coup moi aussi j’ai râlé sur la fatigue et les difficultés, mais la nostalgie a finalement pris le pas quelques temps plus tard même si j’adore voir mon fils grandir et pouvoir avoir des conversations avec lui, ça c’est top. Surtout que la situation sera différente pour ce deuxième enfant niveau conditions de vie mais j’en parlerai plus tard.

Voilà, je tente de m’y préparer mais je sais que ça me fera un petit choc quand il sera né. Il n’y aura plus de prochaine grossesse à espérer, plus de nouvelle configuration à rêver. En fait ça s’apparente à la peur de vieillir, c’est une étape de ta vie qui se tourne. Mais une vie à 4 à installer, et ça ça va être beau j’espère 😉

Maman en Chantier

9 commentaires sur « La dernière grossesse quand on adore être enceinte… »

  1. Sur 5 grossesses, 5 différentes et 5 accouchements différents aussi. Je n’aurais pas aimé un enfant unique, sans doutes parce que élevée un peu comme ça, mes 3 ainés étaient bien plus vieux que moi, j’en ai souffert.
    C’est rare de vouloir que ça dure plus de 9 mois, tu as la 1re à dire ça. Mais il me semble que j’ai eu ce sentiment de réaliser que je devrais partage mon bébé une fois né alors que là il était rien qu’à moi…
    A chaque accouchement on se jure de ne pas recommencer mais c’est vite oublié, heureusement.
    Bonne continuation

    Aimé par 2 personnes

    1. Et bien justement même à l’accouchement je ne me suis pas dis ça, je crois que j’aurais pu remettre ça quasi direct 😂 et pourtant épuisée avec episio qui me faisait hyper mal et tout. Peut être les hormones très efficaces sur moi 😂. En effet ya aussi ça de devoir partager, et puis surtout de ne plus être la seule actrice du film. Ça a sûrement sa part d’égoïsme pour ma part je pense

      Aimé par 2 personnes

  2. Mes débuts de grossesse étaient désastreux. D’ailleurs, je ne pense pas qu’il y aura de 3 ème par contre plus mes grossesses avançaient, mieux c’était. Je n’étais pas du tout pressée d’accoucher. J’ai d’ailleurs fait deux dépassements de terme. Et j’ai tellement aimé mon deuxième accouchement, que j’aurais bien fait un troisième juste pour ça !

    Aimé par 2 personnes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s